La Terre des Héros – Tome 1 : Héritage – Découvrez la plume d’Amélie Hanser

Titre : Héritage  –  Saga : La Terre des Héros  –  Tome 1  –  Auteur : Amélie Hanser

Éditeur : Tintagel  –  Genre : Fantasy  –  Nombre de pages : 366  –  Numérique : 3,99€  –  Broché : 16,95€

Ma note : 14/20

Un livre signé par l’auteure

Voilà un moment toujours particulier qu’est celui d’évoquer un livre que l’on vient de terminer. Aujourd’hui, je vais parler du premier volet intitulé Héritage, pierre de base de la saga la Terre des Héros, imaginée par Amélie Hanser. Ce livre me laisse un souvenir agréable, puisqu’il représente la première vision que j’ai eue de la salle du Salon de l’Auto-Édition 2018 à Pierre Bénite. Située en face de l’entrée, mon regard avait été attiré d’emblée par ses livres. En outre, quelques secondes plus tard, je me rendais compte que j’étais son voisin. Toutefois, j’étais venu représenter l’association Les Plumes Indépendantes et non acquérir de nouveaux livres.

Cela étant dit, quelle ne fut pas ma surprise que de gagner en fin de journée les deux premiers volets de sa saga à la suite d’un tirage au sort ! Je ne suis pas un fan inconditionnel de Fantasy mais je me plonge volontiers dans ce genre d’univers alors j’étais plutôt ravi de repartir avec ces deux exemplaires. En prime, j’ai obtenu une dédicace d’Amélie qui m’a donné l’impression d’être une personne très sympathique, même si nous avons eu peu le loisir  d’échanger. Je parle, je parle… Je vous laisse le soin de découvrir le résumé présent sur Amazon qui diffère de celui de la quatrième de couverture.

C’est l’histoire d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui se réveille dans un autre monde après avoir touché un objet étrange dans les affaires de sa mère. C’est aussi celle d’un roi, assassiné par son frère jumeau. Ses souvenirs ressurgissent en Aleya, qui en apprend alors davantage sur cette terre peuplée par les descendants de héros anciens, mais également sur ses origines. Tous voient en elle celle qui débarrassera la Terre du roi fratricide menaçant les autres peuples. Elle devra alors, si elle accepte ce rôle, entreprendre avec ses nouveaux amis une quête qui la fera parcourir ce nouveau monde inconnu et découvrir ses secrets et ses énigmes.

Tout commençait bien

Deux prologues en guise de préambule introduisent le personnage principal de cet univers, à savoir Aleya et l’on entre rapidement dans le vif du sujet, lorsqu’elle se réveille dans un nouveau monde et qu’elle est accueillie par les Vaïks. On sent rapidement qu’il s’agit d’un premier roman, et j’ai l’impression de ressentir les mêmes sensations que lorsque je relisais mon premier texte. La plume est agréable, légère et on devine les intentions de l’auteure. Toutefois, je me suis dit que le style ne pouvait que s’améliorer au fur et à mesure de la lecture, alors cela ne m’a pas dérangé plus que de raison. Je me suis concentré sur l’histoire. Sur le papier, je ne trouvais pas le scénario extrêmement original, j’avais la légère impression d’avoir déjà eu affaire à ce genre de fiction en Fantasy, mais il faut reconnaître que le filon a été tellement exploité qu’il est difficile d’innover dans ce genre bien particulier.

Si tu le veux, tu peux tout abandonner dès maintenant. Refuse la mission et tous t’oublieront. Après tout, la réunion n’a rassemblé que peu de personnes, les peuples ignorent encore ton arrivée. Si tu rejettes ta quête ce soir, tu en décevras certains, mais ils passeront à autre chose. Par contre, si tu décides de l’accepter, tu ne pourras plus faire marche arrière.Amélie Hanser

Grâce à l’utilisation de références mythologiques, à la création de créatures propres à son univers et à la volonté incessante d’enrichir le patrimoine culturel de cet univers parallèle dans lequel Aleya  se trouve plongée, Amélie Hanser parvient à nous embarquer sur un monde bien différent de notre monde, le même dans lequel vivait Aleya et dont elle croyait provenir, bien qu’elle se fut toujours sentie  différente de ses semblables. Je dois avouer que si je me suis intéressé à la destinée d’Aleya, c’est car, moi-même, dans ma jeunesse, j’ai souvent éprouvé cette difficulté à me considérer comme une pièce naturelle de ce monde, j’ai toujours eu l’impression irrépressible de ne pas être comme les autres, de ne pas avoir la même perception ni le même ressenti. Si je trouve qu’Amélie a plutôt bien pointé du doigt cette problématique dans la vie d’Aleya, elle l’a fait avec un peu de candeur et de naïveté, et je dois vous avouer que, malheureusement, petit à petit, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages.

Une lecture éprouvante, malgré de bonnes intentions

Aleya a à peine le temps de s’adapter au nouveau monde dans lequel elle s’est réveillée un beau matin qu’elle se retrouve mêlée à une quête qui la concerne plus que jamais, puisqu’elle semble à la poursuite de ses origines et en particulier du lien qui l’unit à son père, un héritage qui lui a fait défaut lors de son ancienne vie. L’intrigue est plutôt bien construite, mais ne m’a pas paru guère originale. J’en suis le premier navré, mais j’ai eu beaucoup de mal à suivre les quelques personnages qui se sont associés à Aleya. J’ai trouvé les chapitres longs et en même temps qu’on voyageait vite, trop vite. Je lisais une page et lorsque j’arrivais en bas, je ne me souvenais plus ce que j’avais lu et je recommençais. La plume n’était pas désagréable, et elle s’améliore même au fur et à mesure que l’on approche de la fin, mais voilà elle dégageait un caractère jeune, léger et trop candide à mes yeux pour parvenir à me captiver. Je pense que ce livre est de qualité, même s’il ne m’a pas emballé, mais plutôt réservé à un public jeune.

Un bruit de tambour résonnait. La hache se leva dans l’air. Les battements de cœur étaient si rapides. Au moins, elle mourrait rapidement. Une évidence s’imposa à Aleya tel un éclair. Non ! Elle ne voulait pas partir. Pour elle, pour ses amis, pour l’espoir du peuple, elle devait se battre.Amélie Hanser

Les combats ne m’ont pas semblé vraisemblables et c’est avec beaucoup de peine que je me suis accroché au fil rouge de l’histoire pour parvenir à terminer cette lecture. On rencontre beaucoup de personnages, certains accompagnent Aleya alors que d’autres ne font que croiser leur chemin et il ne m’a pas été évident de les identifier tous tellement ils m’ont parus être présentés de façon très directe. L’intrigue ne m’a pas accroché et j’ai donc dû forcer quelque peu ma nature pour terminer ma lecture. Toutefois, ce malaise ne m’a pas accompagné jusqu’à la fin, et il faut avouer que l’auteure a fait apparaître de manière croissante la magie dans son récit. Magie, sorcellerie, prophéties, contes et légendes. Amélie Hanser n’a pas tari de moyens pour créer une atmosphère fantastique à son univers.

Un final captivant

Malgré le fait que l’intrigue ne m’a pas passionné pendant une bonne centaine de pages, l’approche du dénouement de ce premier volet a été réussie par l’auteure et dans la dernière cinquantaine  de pages, je me suis surpris à vouloir connaître le fin mot de cette histoire et à ne plus ressentir la même lourdeur dans le récit. Amélie a su épicer ses derniers chapitres d’un tant soit peu d’intensité et de rythme en conférant une nouvelle dimension à la quête d’Aleya. Si jusque-là, je n’avais pas tremblé pour la destinée d’Aleya et des siens, comme si je n’étais pas convaincu par les dangers qui rôdaient sur ce monde, cristallisés par l’ascension d’un personnage illustre, d’un meneur tyrannique, je dois avouer que je me suis laissé un peu aller à la portée  dramatique qu’a essayé d’apporter l’auteure  dans la conclusion de ce premier volet, offrant une fin en suspens, qui donne forcément envie de lire la suite.

Accoudée contre le bastingage, elle regardait l’écume se former contre les flancs du bateau puis rouler sur le bleu sombre de l’eau. Un rayon de soleil éclairait les gouttes de suspension dans l’air, formant un arc-en-ciel tout contre la ligne de flottaison. Elle resta un moment ainsi, sentant le vent dans ses cheveux, l’eau salée giclant parfois sur son visage, ses yeux suivant les vagues.Amélie Hanser

Je vais être honnête, et je suis navré pour Amélie si jamais elle tombera sur ma chronique, mais sans la réalisation plutôt réussie des deux derniers chapitres, je ne crois pas que j’aurais lu le deuxième tome. Étant donné que je l’ai dans ma bibliothèque, je pense que je vais le lire, pas tout de suite. Comme je sais ce que c’est également de se lancer dans une saga, je n’ignore pas la difficulté qu’un tel challenge représente,  surtout quand il s’agit d’une première création. En conséquence, je suis tout de même convaincu que le deuxième tome sera mieux écrit et plus captivant. Quand je  dis « mieux écrit », attention, je ne dis pas qu’Amélie n’écrit pas bien, mais il y a des répétitions trop marquées, trop rapprochées, des formules qui ne passaient pas à mes yeux , un style qui demande à être affiné. Et qui s’affinait déjà de lui-même au cours de ce premier opus.

En conclusion

Pour conclure, je dirais que ce livre ne s’adresse pas à un public trop exigeant à mon humble avis et surtout à un public jeune, qui a envie de se plonger dans un univers Fantasy bien construit mais pas trop complexe. L’histoire saupoudrée d’une bonne dose de magie devrait certainement plaire à de jeunes adolescents. Même si je n’ai pas accroché vraiment à ce livre et que mon retour est mitigé, je reste convaincu du talent d’Amélie Hanser et je me dis que ses prochains livres pourraient être à surveiller.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *