Le Fil d’Argent : un voyage astral unique en son genre

 

Titre : Le Fil d’Argent – Auteur : Rebecca Greenberg

Genre : Supernaturel/Roman historique – Nombre de pages : 473 – Éditeur : Terra Nova

Numérique : 3,99€ – Broché : 18,90€

Ma note : 18/20

Un livre tape à l’œil

Pour la première chronique sur mon site d’auteur, je vais commencer par un livre particulier, puisque, l’auteure me corrigera si je me trompe, il a connu un véritable succès lorsqu’il a été auto-édité par Rebecca Greenberg, à tel point qu’il a remporté un concours et qu’il a été publié par la suite par une maison d’édition : Terra Nova. Sous le charme, la maison n’a pas pris la peine de modifier la couverture qui avait déjà fait son effet sur la toile. Étant occupé au quotidien avec mes activités personnelles, je n’avais pas pris le temps de m’intéresser à ce roman qui me faisait pourtant  de l’œil. Ainsi, le jour où j’ai vu un appel à chroniques de la part de Rebecca Greenberg, je n’ai pas hésité longtemps et j’ai contacté l’auteure, que je remercie chaleureusement pour sa gentillesse.  Je vous laisse le soin de découvrir la couverture dans son intégralité, puis le synopsis, et on entre dans le vif du sujet.

Thomas Gordon, journaliste d’investigation au New-York Daily News, voit son existence basculer un jour de blizzard. Et rien ne l’avait préparé à ça.

Comment reprendre le cours de sa vie lorsque l’on se retrouve soudain doté de dons paranormaux ? Comment rester les pieds sur terre lorsque l’on peut désormais sortir de son corps et dépasser les limites de l’Espace et du Temps ?

Bientôt les coïncidences s’accumulent et un puzzle hallucinant prend forme… Pour ne pas devenir fou, Tom devra s’engager corps et âme dans l’enquête la plus incroyable de sa vie, où Passé et Présent se trouvent étroitement liés.

Et si rien n’était dû au hasard ?

Une intrigue articulée autour de deux histoires

Je dois vous avouer qu’au début de la lecture, j’ai rapidement été surpris. En effet, j’ai rapidement constaté que nous n’allions pas suivre uniquement Thomas Gordon, le personnage principal. L’alternance de points de vue n’est pas un style qui me choque, je l’apprécie en tant que lecteur et je l’utilise en tant qu’auteur. J’avais juste l’impression de lire un texte différent de ce que le synopsis laissait entendre. Cela dit, l’élégance de la plume de Rebecca Greenberg a fait en sorte que j’ai très vite mis de côté ce petit désagrément. En revanche, j’ai esquissé une petite grimace quand j’ai découvert le contexte historique de l’une des deux histoires principales du roman. Je ne vous spoilerais pas le livre en vous dévoilant de quel pan de l’histoire de l’humanité auquel Rebecca a fait référence, tout ce que je peux me permettre de vous dire, c’est qu’il s’agit d’un thème vu, revu et rerevu, que ce soit dans la littérature ou au cinéma, et je ne parle pas des documentaires, des débats à l’école… Sur le coup, je suis désolé, ça m’a refroidi… mais… Oui, il y a un mais… La justesse des informations et le talent pour refléter la réalité historique étaient telles que je n’ai eu d’autre choix que de plonger de nouveau dans le temps.

Il m’a vite fallu abdiquer face au style enivrant de l’auteure. Maniant habilement l’art de la métaphore et utilisant à merveille la richesse de son vocabulaire, elle est parvenue dans ce livre à harmoniser ses pensées et à donner du corps aux décors qu’elle a utilisés pour la mise en scène de sa fiction. Elle prend son temps pour donner vie à son récit, du moins à mon goût étant donné que j’ai un penchant pour les lectures un peu plus rythmées, mais c’est amené avec un tel talent que l’on se laisse happer avec plaisir. Petit à petit, les pages défilent et l’on a hâte d’en savoir davantage.

Puis rapidement, la surprise fit place à l’admiration : les deux jeunes filles affichaient une maîtrise parfaite de leur instrument, une technique bien supérieure à celle dont font d’habitude preuve les adolescentes de leur âge. Seulement, leur art ne s’arrêtait pas là… Tom ressentit peu à peu un ravissement s’emparer de la salle, s’élever, grandir, enfler, se transformer lentement en exaltation. Les jeunes filles jouaient, mais elles avaient le don de le faire oublier aux spectateurs. Seule la musique semblait vivre : elle se répandait, prenant possession de chaque âme présente, même des plus insensibles. On en oubliait que l’archet frottait les cordes et que les mains appuyaient sur le clavier. On ne voyait plus que deux êtres sur la scène, enveloppés de musique, d’une harmonie parfaite, absolument, résolument sublime…Rebecca Greenberg - Le Fil d'Argent

Les mots au service de l’émotion

Si j’ai trouvé que les chapitres concernant la vie de Tom auraient mérité un peu plus d’intensité au niveau de l’action et des dialogues, et que l’auteure aurait pu exploiter davantage le fait qu’il collaborait sur des enquêtes policières, j’ai surtout été touché par la violence des sentiments perpétrés par ses personnages dans la partie historique. J’aimerais vous en dire davantage mais il faut garder un peu de suspense. Toujours est-il que Rebecca a su appuyer là où ça fait mal pour réveiller en nous des émotions que l’on pensait enfouies. Comme je l’ai déjà dit, le thème auquel elle s’est consacrée a beau avoir été adapté maintes fois, elle a réussi à se l’approprier pour nous faire vibrer de nouveau et nous rappeler à quel point ce qui s’est produit était  réellement horrifique et ne doit surtout plus se produire, quelles que soient les bannières qui se cachent derrière de telles atrocités. J’avais vraiment l’impression que Rebecca avait été le témoin des événements funestes qu’elle a décrit avec un réalisme époustouflant de vérité. Les précisions historiques sont vraiment bluffantes.

Au final, j’ai eu une préférence pour les passages qui se passaient dans le temps, éprouvant plus d’empathie pour les victimes de ce génocide que pour les chapitres qui concernaient Tom. Pourtant, c’est justement le sort de ce personnage présenté dans le synopsis qui m’avait incité à m’intéresser à ce livre. Malgré la qualité de narration de Rebecca, je sors donc de cette lecture légèrement déstabilisé car je m’attendais à autre chose. Pourtant, j’ai aimé, j’ai vibré, j’ai eu peur et j’ai été surpris, notamment dans les derniers chapitres où, je dois l’avouer, j’ai tout de même adoré le dénouement qu’elle nous a proposé, en particulier à Tom et à ses proches. Dans les derniers hectomètres, je me suis donc rapproché de ce personnage comme jamais auparavant au cours de ma lecture. Malheureusement, je ne peux pas vous dire pourquoi. Ce serait vous gâcher le plaisir de cette lecture qui n’en demeure pas moins brillante et qui est marquée par l’intelligence de la plume qui se cache derrière elle.

L’avion commença à tirer le premier, remontant le pont sur toute sa longueur, l’impact de ses balles traçant une ligne droite foudroyante qui se dessinait au travers des planches et des corps, droit vers Jacquot. Lorsqu’il fut suffisamment proche, l’homme fit feu à son tour dans un hurlement de rage qui glaça le sang de tous les survivants. Un cri qui continuerait de les hanter longtemps encore et qu’aucun d’eux ne parviendrait jamais à oublier tout à fait. Pendant de longues années, ils garderaient le souvenir de cette terrible vision surréaliste : le duel assourdissant entre un homme au courage hallucinant et un avion de la Luftwaffe crachant des balles et du feu, tous deux s’affrontant face à face, comme des êtres égaux.Rebecca Greenberg - Le Fil d'Argent

Une plume au service de thèmes passionnants

Pour conclure, je dirais que ce qui fait la force de ce roman, ce sont à la fois les thématiques de réflexion choisies par l’auteure mais également la manière dont elle a su les valoriser. Elle a réussi à rendre des phénomènes surnaturels totalement plausible, et ça, ce n’est pas rien. Enfin, Rebecca a trouvé le moyen d’harmoniser son texte pour mettre en lumière un message et soumettre des questionnements au lecteur, des interrogations qui pourraient être résumées par son slogan promotionnel : Et si rien, absolument rien, n’était dû au hasard ? Alors, il vous faudrait lire ce livre pour comprendre pourquoi !

Please follow and like us:

4 commentaires


  1. Wow! Quel retour! Merci infiniment pour cette belle chronique. En ce qui concerne ta surprise à propos des sujets abordés, j’en suis absolument désolée… C’est de ma faute, je t’ai fourni la version ebook, celle que j’avais autopubliée. La quatrième de couverture rédigée par les éditions Terra Nova est différente et a l’avantage de mettre tout de suite les points sur les « i »… 🙂

    « Un jour de tempête, l’existence de Thomas Gordon bascule. Le journaliste d’investigation a un accident et se retrouve plongé dans un coma de plusieurs mois. A son réveil, tout a changé : son esprit est capable de se projeter dans le passé. Peu à peu, il devient évident que ses voyages dans le temps ne sont pas dus au hasard, car Thomas est sans cesse ramené dans la France occupée des années 40. Il y découvre la vie tragique de Simon, un Juif entré dans la résistance, et de ses deux petites sœurs. Qu’est-ce qui rattache Thomas au drame de cette famille prise dans la tourmente de l’Histoire ? L’enquête incroyable qu’il mène bouleverse toute sa vie. Mais en réveillant les fantômes du passé, peut-être parviendra-t-il à racheter une faute trop longtemps restée impunie… »

    Je suis ravie que, malgré tout, le récit ait su te transporter jusqu’à la dernière page. 🙂 Merci encore!!

    Répondre

    1. Ce n’est pas grave pour la surprise 😉 Je l’ai signalé car ça fait partie de mon ressenti, mais tu as su rapidement me faire oublier ce petit désagrément par l’élégance de ton style. Quand j’ai compris le fin mot de l’histoire, je me suis dit que c’était génial. Je n’ai pas pensé à le préciser dans la chronique, mais je n’ai pas vu venir le lien entre Tom et Bercueil, et pourtant, j’utilise ce genre de ficelles dans mes romans. Pour ce que ça vaut, je suis bien placé pour savoir que ce n’est pas toujours évident de rédiger un résumé !

      Répondre

  2. Un retour qui me donne envie de plonger dans cet univers dont tu parles si bien. Je pourrais me laisser tenter par cette aventure qui s’annonce aussi riche que palpitante !

    Répondre

    1. Je serai curieux de découvrir ton sentiment sur ce livre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *